VINCENT SCOTTO, COMPOSITEUR PROVENCAL, 1874-1952.


Vincent Scotto, compositeur provencal

Vincent Scotto est né à Marseille le 21 avril 1874, et il est décédé à l’âge de 78 ans, le 15 novembre 1952 à Paris. Compositeur provençal bourré de talents, Vincent Scotto a écrit près de 4.000 chansons, 60 opérettes et 200 musiques de films. Près d’un tiers de ses chansons sont devenues des succès ! Il est également un des précurseurs des « Opérettes marseillaises » à travers lesquelles il a pu répandre d’abord à Paris, puis dans le monde une certaine image parfois caricaturale des Marseillais et des Provençaux.

Né dans une famille napolitaine dans laquelle la chanson est une passion, la carrière de Vincent Scotto démarre en 1906. Cette année-là, il soumet une composition au grand chanteur « Polin ». Celui-ci adore l’air de la chanson, mais n’est pas convaincu par les paroles. Il en parle à son ami Henri Christiné qui en change les paroles. Le titre devient « La petite Tonkinoise » et deviendra un succès populaire ! La voie de Vincent Scotto est alors toute tracée : il décide de s’installer à Paris au Faubourg-Saint-Martin, dans le quartier des éditeurs de musique. Renforcé par cette réputation grandissante, Vincent Scotto entame la composition d’une série de chansons à succès pour différents interprètes.

Vincent Scotto s’entoure des plus grands chanteurs comme Georgel (« Sous les ponts de Paris » en 1913), Mayol (« Elle vendait des p'tits gâteaux » en 1921), Joséphine Baker (« J'ai deux amours » en 1930), Maurice Chevalier (« Prosper Yop la Boum » en 1935. La liste serait trop longue à lire, mais on peut aussi citer Polin, Alibert, Fréhel ou encore Tino Rossi. Au total dans toute sa carrière, il sera l’auteur de près de 4.000 chansons.

Dans les années 1930, Scotto a également composé 60 opérettes, d’un nouveau genre, qui seront appelées « opérettes marseillaises », avec Alibert (son gendre) et René Sarvil. Cette série des opérettes aura beaucoup de succès à Paris, et répandra une certaine image caricaturale des provençaux et marseillais. Voici quelques succès : Au pays du soleil (« A petits pas », « J'ai rêvé d'une fleur »), Trois de la marine (« L'Amour est une étoile », « Sur le plancher des vaches »), Le Roi des galéjeurs, Arènes joyeuses (« Adieu Venise provençale »), Un de la canebière (pour laquelle Alibert créée « Le Plus beau tango du monde »)

Vincent Scotto, c’est aussi un compositeur de musiques de film, avec près de 200 à son actif à partir de 1930. On peut citer Fanny, La fille du Puisatier, avec Marcel Pagnol, mais aussi Angèle, La fille du Boulanger, Topaze, César... Son grand ami Marcel Pagnol lui fera l’honneur de lui donner un rôle-titre dans Jofroi, en 1933.

Vincent Scotto est décédé à 78 ans, en 1952 à Paris, il laissera derrière lui une trace indélébile, celle d’un compositeur avant tout mélodiste, composant sur sa guitare, sans être passé par les écoles classiques musicales, et adaptant ses musiques à chacun des interprètes auxquels il destinait ses chansons. La plupart de ses chansons ont le mérite d’être, en plus de qualité, d’avoir une mélodie faite de simplicité qui permet à tout un chacun de pouvoir fredonner l’air même en ayant écouté qu’une seule fois ses chansons.

Pour terminer, voici ce qu’il disait à son ami Pagnol en parlant de ses chansons : « J'ai fait 4000 chansons dans ma vie. Il y en a au moins 2000 qui ne valent rien, et 1000 pas grand-chose. Ensuite 800 acceptables, 150 excellentes et enfin 50 qui ont fait le tour du monde et qui me plaisent. J'ai perdu mon temps en composant toutes les autres, mais si je n'en avais pas écrit 4000, je n'aurais pas écrit celle-là... ».

Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !


© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2019 | Plan du site | Francais - English - Contact
Partenaire: tv-direct.fr
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.